Rémunération des grands patrons : les Français restent dans la moyenne basse de l’Eurotop 100

Rémunération des grands patrons : les Français restent dans la moyenne basse de

En termes de salaires, les dirigeants français se trouvent dans la moyenne basse des 100 plus grandes capitalisations européennes en 2013, selon Towers Watson. La médiane de leur rémunération globale directe est de 4 millions d’euros. Seuls les pays nordiques se trouvent derrière la France (1,9 million).

Trop payés, les grands patrons ? Les dirigeants français, en tout cas, se trouvent dans la moyenne basse des pratiques de rémunération de l’Eurotop 100 en 2013, selon Towers Watson, qui s’appuie sur les publications réalisées dans le cadre du Say on Pay*. La médiane de leur rémunération globale, qui comprend le salaire de base, le bonus versé et l’intéressement à long terme valorisé (stock-options, actions, plans monétaires pluri-annuels) est évaluée à 4 millions d’euros.

6,9 millions de salaire médian pour les dirigeants suisses
Dans les autres pays européens, cette médiane se situe à 6,9 millions pour la Suisse, 6,2 millions en Allemagne ou encore 6,1 millions au Royaume-Uni. Seuls les pays nordiques se trouvent derrière la France avec une rémunération médiane de 1,9 million.

Recul des bonus versés
En 2014, les salaires de base sont restés stables dans le CAC40, autour d’un million d’euros, de même que les bonus cibles (bonus payés lorsque le dirigeant atteint ses objectifs à 100 %) à une année de salaire. En revanche, les bonus versés en 2014 au titre de 2013 ont été de 1,05 million d’euros à la médiane, soit un recul de 20 % par rapport à l’année dernière. Selon Towers Watson, ce recul reflète des résultats généralement dégradés ou inférieurs aux objectifs fixés en début d’exercice.

* Principe de rémunération anglo-saxon visant à instaurer un vote consultatif des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants au sein des assemblées générales. Il s’est généralisé en Europe avec des modalités différentes selon les pays. Il a été mis en place en France en 2014.

Réagir à cet article

Image CAPTCHA
La casse n'est pas prise en compte.

Articles de fond sur le même thème :

Jean-Guy Le Floch, président d'Armor-Lux : expatrié de l’intérieur

Jean-Guy Le Floch, président d’Armor-Lux.
Gestion de carrière
En 1994, Jean-Guy Le Floch reprenait avec son ami d’enfance, Michel Gueguen, l’entreprise de textile Armor-Lux. Devenue l’un des symboles du Made in France suite à la photo d’Arnaud Montebourg posant en marinière, l’entreprise se veut aussi solidaire du territoire breton comme l’ont prouvé les bonnets rouges fournis par la marque. Rencontre avec un dirigeant attaché à la préservation du savoir-faire et de l’emploi autant qu’à ses racines.

François Locoh-Donou, Ciena : “Le fil rouge de ma carrière est la prise de risque”

François Locoh-Donou Ciena
Gestion de carrière
À 42 ans, François Locoh-Donou, senior vice-president global products group chez Ciena, est un parfait exemple de ces Sucess Stories comme sait les façonner l’Amérique. Mais son parcours illustre aussi cette fuite des cerveaux à laquelle sont confrontées les terres de ses origines : l’Afrique (et plus précisément le Togo) et la France… Entretien.

Comment sauver le manager de proximité et endiguer le désenchantement des équipes ?

Comment sauver le manager de proximité et endiguer le désenchantement des équipe
Gestion de carrière
Face au désengagement dans l’entreprise, les managers ont leur part de responsabilité mais ne sont pas les seuls coupables. Les collaborateurs, eux aussi, participent à la cohésion des équipes. Edouard Dubruel, directeur de projet chez CCA, Conseil et formation, livre son point de vue.

Le Groupe Courrier Cadres| Mentions légales | Contacts | © 2014 Courrier Cadres